« Monsieur Croche, impressions d’outre-tombe » à Châlon-sur-Saône

C-Blandine-Soulage_carrousel_spectaclePour raconter la musique aux plus jeunes, les musiciens virtuoses et passionnés des Nouveaux Caractères font revivre la figure et l’époque de Claude Debussy. Par la magie des arts numériques, lors d’une séance de spiritisme, la petite Chouchou (Claude-Emma Debussy) retrouve le facétieux Monsieur Croche, avatar critique du célèbre compositeur. Avec ce personnage, le public traverse l’histoire de la musique du XVIIe au XXe siècle mais aussi celle de la peinture et de la poésie. Ce spectacle est aussi le portrait touchant d’une relation unique entre un père et sa fille, disparue un an après la mort de celui-ci et à laquelle il dédia ces petits bonbons musicaux que sont les Children’s Corner. Les partitions – Debussy, De Falla, Ravel, Bach, Rameau… –, l’irruption dans son cadre doré de La Jeune Fille à la perle de Vermeer, le si émouvant poème Demain, dès l’aube… de Victor Hugo, confèrent à ce spectacle un charme et un enchantement qui perdurent lorsque le silence reprend ses droits.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

« Le Messie » de Haendel à l’Auditorium de Lyon

Haendel-Le-Messie_scale_762_366« Je pensais voir tout le Ciel devant moi et le grand Dieu lui-même », écrivait Haendel après avoir entendu son Messie. Mais c’est bien le roi George II d’Angleterre qui s’est levé en pleine représentation londonienne, saisi par l’illustre Alléluia où ce mot est répété 70 fois dans une jubilation croissante. L’œuvre est devenue l’un des plus forts symboles de Noël et du temps de l’Avent, bien qu’elle fût initialement pensée pour le temps de Pâques et que sa Nativité aboutisse à la Résurrection, son véritable sujet.
Créé en avril 1742 lors d’un gala de charité au Temple Bar de Dublin, Le Messie ne délivre sa puissance que dans les plus grandes salles, lorsque sa musique pleine de vigueur et d’élan peut se projeter dans l’espace. Nul doute que les Nouveaux Caractères (orchestre sur instruments d’époque) et leur chef Sébastien d’Hérin puiseront dans leur profonde expérience de l’opéra baroque pour donner vie aux airs et ensembles de cette sublime fresque, avec le concours d’Accentus, le chœur fondé en 1991 par Laurence Équilbey.

En coproduction avec le Festival d’Ambronay.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone