Leçons de Ténèbres de François Couperin

Dans la liturgie catholique, l’office des Ténèbres, ou des « Lamentations de Jérémie » est celui que l’on célébrait initialement lors de la Semaine sainte et pendant lequel on éteignait l’un après l’autre les cierges fixés sur un cadre triangulaire à mesure que les premières lueurs de l’aube paraissaient. Cette extinction progressive des lumières symbolisait les ténèbres qui couvrirent la terre lorsque Jésus mourut sur la croix.

Dans la seconde moitié du xvie siècle et au début du xviie, les Leçons de Ténèbres connaissent en France une grande vogue et se développent comme genre autonome. Sous Louis XIV, elles deviennent l’une des dévotions les plus courues. La mode s’en mêla, la musique en profita. Dans leurs couvents, les dames religieuses attiraient la foule avec de beaux chants et les chanteuses de l’Opéra commencèrent à faire, du théâtre au couvent, un va et vient que réprouvaient certains esprits sévères.

Plusieurs compositeurs français ont écrit leurs propres Leçons de Ténèbres, dont François Couperin, en 1714, pour les religieuses du couvent de Longchamp.

Ces trois leçons sont pour le Mercredi saint, les deux premières font appel à une voix seule ; cependant, la troisième, écrite pour deux voix de dessus, est regardée par les musicologues comme l’un des sommets de l’art vocal de l’époque baroque. Dans cette dernière, les deux voix se mêlent en de somptueuses vocalises, appogiatures, ornements et dissonances, tout en conservant une atmosphère de recueillement.

Ecouter / voir

Autre concert

Voir tous les Évènements

Durée : 2 heures

Équipe artistique

1er dessus : Caroline Mutel
2ème dessus : Karine Deshayes

ORCHESTRE

Violoncelle : Hager Hanana
Viole de gambe : Martin Bauer
Clavecin & orgue : Sébastien d’Hérin